mercredi 29 août 2012

Les loyers et la maison que vous avez achetée (€€ et emprunts après impôts)

Un ami Patrick que je remercie (mes lecteurs me pointent sur des textes FORT intéressants..) m'indique ceci (et je cite mes sources....)  

Et la preuve que c'est vrai :: demandez le RSA, l'ex RMI ou la CMU-C:: si vous êtes propriétaire alors on ajoutera une somme "revenus en nature" à vos ressources déclarées de la même façon qu'on estimera , à la louche, que vous touchez xx intérêts de votre livret A ou LDD etc... non imposables et on ajoutera ces intérêts sur vos revenus effectifs pour déterminer si vous avez droit ou pas à la CMU-C ou au RSA. 

MAIS si vous êtes un immigrant illégal depuis 3 mois : on vous trouvera un logement, vous aurez la CMU-C et tout le tintouin, lunettes etc comprises !! plein pot !! on vous habillera même... et les passeurs-assassins-exploiteurs de misère eux ??? ben on ne fait rien: ils retournent chez eux pour un autre chargement de clandestins...  Ben voyons c'est NORMAL tout cela, on a un gouvernement NORMAL.... Pourquoi ?? parce qu'on l'a ÉLU (avec l'aide des journalistes bien sûr ce 4° pouvoir !!), nous français on a fait cela !!  alors les plaignards.....




Pas de loyer, pas de remboursement? Alors un impôt!
19 août 2012.

Toujours plus loin dans l’ignominie….Voici la nouvelle idée socialiste: vous faire payer des impôts sur le loyer que vous ne payez pas!

http://maviemonargent.info/wp-content/uploads/2012/08/cartes_sur_table.png
Les lecteurs réguliers de MVMA sont habitués au parallèle que j’aime faire entre notre statut de citoyen français du XXI ième siècle et celui de serf du Moyen Age. Le fond de cette comparaison tient au fait que rien ne nous appartient, que tout est intrinsèquement propriété de l’Etat qui nous laisse, sous condition de versements, une jouissance limitée et réglementée de biens dont il se réserve le droit absolu de reprise et de modification unilatérale des droits d’usage.

Et bien, nous allons encore un petit peu plus loin dans le raisonnement. Nous dépassons même le stade du serf. Si aujourd’hui vous achetez votre résidence principale, vous devez acquitter un impôt supplémentaire, la taxe foncière, voire d’autre taxes si votre résidence est considérée comme « luxueuse » ou si sa quote part d’intégration dans le patrimoine vous fait assujettir à cet impôt discriminatoire et confiscatoire qu’est l’ISF. Vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez de votre « soit-disant » propriété. Vous ne pouvez pas la laisser vide, pas choisir à qui la louer en fonction de critères qui sont les vôtres, pas la louer le prix que vous voulez (pas assez cher, vous êtes redressés sur la base de la valeur locative unilatéralement décrétée par le seigneur, trop cher, vous êtes condamnés par la justice du seigneur) si vous la vendez à un prix qui ne plait pas au seigneur, celui-ci s’arroge le droit de vous imposer sur la base du prix qu’il estime juste si vous avez vendu trop peu cher ou de confisquer la majeure partie de votre plus value si vous avez bien vendu.

Si vous décidez de vendre, de toute manière, une part fixe de la valeur de la transaction revient au seigneur…., normal c’est lui et lui seul le vrai propriétaire. Si vous ne vendez pas, au moment de votre décès, vous ne pouvez pas décider seul de qui pourra jouir du bien que vous avez « soit-disant » acquis. Il y a des règles, fixées par le seigneur, de « transmission » que vous ne pouvez enfreindre. En fonction de ces règles, une part fixe plus ou moins importante de la valeur de l’habitation ira encore au seigneur, en dédommagement versé au « vrai » propriétaire pour laisser usufruit à celui désigné.

Voilà la situation actuelle. On peut déjà considérer que nous sommes à des années « lumières » du monde que les « révolutionnaires » de 1789 ont cru bâtir. En fait de « lumières », nous nageons en plein servage. Mais le maître a toujours de zélés serviteurs, comme hier des serfs quelquefois très riches à servir bien le hobereau trop occupé à chasser ou guerroyer, qui toujours cherchent à pressurer quelque peu plus la vile canaille. 

Dans le genre, je vous présente le dernier né des « think tank » socialistes: « Cartes sur table ». Un groupe particulièrement choyé par les bobos de Médiapart qui jusqu’à maintenant était le seul média à se faire l’écho des élucubrations des ces « politistes » (sic), « consultant spécialisé dans le domaine de l’énergie », « économiste à Harvard » (resic), « diplômé de Paris-Dauphine, engagé associatif » (re re sic) et moult « doctorants », bref de ces gens « normaux », modestes et ne cherchant pas à se monter du col. Que nous ont pondu ces zigotos qui puisse ainsi faire sortir de sa réserve bienveillante votre serviteur?

Le REVENU FICTIF!
Accrochez vous, nous passons à la vitesse supérieure! Ces beaux esprits partent du principe que lorsque vous avez fini de rembourser les emprunts grâce auxquels vous acquérez votre propriété principale, n’ayant plus rien à payer pour votre hébergement, vous dégagez en fait un « revenu fictif », en comparaison à celui qui reste locataire. Ce revenu fictif devra générer une taxation qui, elle, n’aura rien de fictif, croyez moi! C’est fort, non? 

Même le droit à l’illusion de la propriété est aujourd’hui contesté. Je ne vais pas vous faire un couplet sur l’aspect totalitaire du régime que nous fait vivre le seigneur qui décide de tout jusque dans les aspects les plus intimes et les plus privés de notre vie. 

Et bien voici encore une illustration parfaite de ce qu’est le totalitarisme. Le seigneur Etat décide de la part de votre revenu qui DOIT être attribuée à votre hébergement. Et si d’aventure, les hasards de la vie ou votre « réussite » (bouh, le vilain mot!) vous conduisent à ne plus avoir à dépenser cette part pour vous loger, alors le seigneur s’arroge le droit de vous la ponctionner pour son propre profit. Perclus de taxes, d’impôts, de redevances, que fera le serf concerné?

Il vendra et s’en ira vivre dans l’appartement collectif mis à sa disposition par le soviet de quartier qui aura reçu préalablement l’avis favorable de la cellule ouvrière de l’usine dans laquelle le Parti lui aura trouvé un emploi correspondant, dans un esprit citoyen et solidaire, aux besoins de la collectivité et non aux aspirations petit bourgeoises qui l’auront, dans sa jeunesse, conduit à faire des études choisies par esprit égoïste et non par intérêt de classe. A moins que, comme des millions d’opprimés du XXième siècle, il puisse, moyennant le paiement de l’ « exit tax » déjà mise en place, choisir de voter avec ses pieds.

La bête immonde vit toujours.
Pour ceux qui aiment se faire mal: http://cst2012.free.fr/ 100 propositions toutes aussi intéressantes les unes que les autres, celle que je viens de vous commenter est la N°83…..


A ce jour, personne au sein du Parti Socialiste ou au sein du gouvernement n’a jugé bon de se désolidariser de cette proposition.

dimanche 26 août 2012

Enfin !!! le SECRET de DUFLOT !!! à lire ! quelle éloquence !!

Merci madame MICHU : que cela fait du bien de vous lire  !!

http://www.mdamemichu.com/jai-enfin-compris-le-secret-de-cecile-duflot/


J’ai enfin compris le secret de Cécile Duflot

Quand un jour, enfant, je disais à mon père que je voulais être comme le grand Monsieur qui lève ses deux mains en disant « je vous ai compris » il me répondit assez justement que pour cela, il fallait soit faire beaucoup d’études, soit gagner une guerre mondiale. Comme la probabilité que je fasse beaucoup d’étude était plus faible que celle que la connerie humaine nous concocte une petite guerre dont elle a le secret, je décidai, passivement, d’attendre l’envahisseur qui n’est finalement jamais venu. Mais je gardai toute ma vie une admiration sans borne pour ces hommes et ces femmes d’Etat qu’ils soient Présidents ou Ministres de la République.
Mais ça c’était avant Cécile Duflot.
Alors certes, j’ai déjà été déçu par des ministres, de droite comme de gauche. J’en ai connu des incompétents, des idéologues, des paresseux, des hésitants, des égocentriques, des lâches, des pervers etc. Mais ne comptez pas sur moi pour donner des noms, je ne veux pas froisser l’amour propre de  Philippe Douste Blazy, Elisabeth Guigou, Dominique Strauss Kahn, Jack Lang ou Marie Georges Buffet. Je sais me tenir. Mais avec Cécile Duflot c’est différent. Ce n’est même plus de la déception, c’est une espèce de stupéfaction devant l’ampleur de sa bêtise. Un ahurissement proche de celui qu’on peut avoir devant une œuvre d’art. Parce que sa connerie est artistique, elle dépasse ce qu’on peut observer dans la vraie vie. Et pourtant elle est ministre. J’ai ressenti cela une autre fois, dans une moindre mesure, quand j’ai reçu un jour le bulletin de note de ma fille qui était en CM1 avec la mention de son instit : « la règle du participe passé n’est pas maîtriser »…
Je n’avais aucun préjugé sur Cécile Duflot avant qu’elle ne soit ministre sinon que je la savais idéologue, mesquine, hystérique, incompétente, calculatrice, ambitieuse plus pour elle que pour ses idées, démagogique, opportuniste, lâche et pas très maline. Rien de plus. J’ai donc observé sagement et de manière objective…
D’abord, pendant la campagne, je la suivais sur Twitter, je suis tombé sur des tweets comme celui-ci : « Traverser les étendues jaunes, sentir malgré soi l’odeur doucereuse du Colza en fleur d’une enfance dans la plaine de la Brie » Je me suis d’abord dit que la pauvre n’avait pas la lumière à tous les étages et puis j’ai compris la raison de ces élancements psychédéliques quand elle se prononça, très vite après sa nomination, pour la dépénalisation du Cannabis. J’ai ensuite placé l’épisode du jeans en conseil des ministres sur le compte de sa démagogie : cette reine des bobos qui n’a jamais vu une vache de sa vie autrement qu’au salon de l’agriculture doit penser que les gens du peuple s’habillent mal, donc qu’elle doit s’habiller mal pour faire croire qu’elle leur ressemble, un classique du populisme de gauche que manient très bien les écolos et que François Hollande a élevé au rang de pratique présidentielle en montrant ses augustes bourrelets sous un polo de la foire fouille à Brégançon cet été.
Et puis il y a eu l’épisode des remises généreuses et abondantes de légion d’honneur que Duflot a accrochées dès le début de sa prise de fonction à la poitrine de sa clientèle politique la plus fidèle après avoir poussé des cris pendant des mois sur les prétendues affaires de favoritisme dans l’affaire Woerth. Là, j’ai trouvé ça cocasse, celle qui avait tenu la main d’Eva Joly dans son désastre électoral qui ressemblait davantage à une croisade pathétique contre le principe de la présomption d’innocence allait, quelques mois après, distribuer des hochets non pour le mérite mais en vertu des idées politiques des récipiendaires
A ce moment là, commençait doucement à poindre dans mon esprit l’idée que cette ministre était en fait simplement stupide et que les autres défauts que je luis prêtais peu charitablement jusqu’alors n’étaient que les conséquences de cette bêtise plus structurelle que conjoncturelle. Et là, Cécile Duflot ( je vous rappelle qu’elle est ministre de la Républiqueau même titre qu’un Chevènement ou qu’un Michel Debré par exemple) pour désamorcer la polémique sur les légions d’honneur twittait cette photo avec le commentaire suivant : «  manger les smarties de manière très stricte : un bleu, un rouge, un vert, un rose. »


C’était donc ça ! Elle est stupide ! mais pas stupide comme on peut l’être dans la vraie vie, une stupidité abyssale, un truc rare, un truc qui pourrait presque la rendre attachante si elle n’avait pas entre ses mains une parcelle de pouvoir qui lui donne la possibilité de dépenser mon pognon. Un genre de stupidité que l’on doit étudier dans les facultés de psychologie, avec chez elle, ce petit plus qui rend son personnage tout à fait unique : un goût immodéré pour le ridicule. C’est sans doute ça que Coluche appelait la « Poésie de la bêtise. »
Et ce savant mélange de stupidité et de goût du ridicule elle nous l’a encore démontré hier en posant encagoulée pour la libération des Pussy Riots aux universités d’été d’Europe Ecologie Les Verts. Stupide parce qu’un ministre dela République ne devrait pas commenter une décision de justice d’un pays étranger et néanmoins ami – c’est le rôle de la diplomatie – , stupide aussi parce que terriblement conformiste et ridicule parce que je ne suis pas certain que cette mascarade carnavalesque dont seuls les écolos ont le secret soit de nature à faire prendre au sérieux cette revendication que l’on peut par ailleurs trouver juste et opportune.
Alors voilà, nous avons donc dans notre gouvernement qui a déjà montré son incompétence, sa propension toute socialiste à la prodigalité, son ontologique démagogie et son authentique capacité à prendre les français pour des demeurés, nous avons donc aussi, une ministre stupidement ridicule et ridiculement stupide. Une ministre qui va continuer à s’asseoir gentiment sur ces beaux principes pour pouvoir goûter encore et encore aux avantages procurés par sa fonction.
Si Ernest Renan avait connu Cécile Duflot il l’aurait montrée en exemple pour illustre son célèbre propos : « La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini. »

Leçons de l'ancienne Égypte sur le climat....ÉTONNANT !!

http://m.phys.org/news/2012-08-climate-drought-lessons-ancient-egypt.html


Le problème n'est  donc pas nouveau et est plein d'enseignements.... Site à mettre en favoris....

samedi 25 août 2012

Petit billet court sur la Gauche historique et le racisme...

... et l'antisémitisme....

Cela porte à réfléchir non ???

http://www.enquete-debat.fr/archives/interview-integrale-de-pierre-cassen-sur-la-gauche-47398

vendredi 24 août 2012

(IRAN) Patrick, un ami merci, me pointe vers ceci..pourtant j'en parlais déjà depuis longtemps

A EXAMINER AVEC ATTENTION  !!!!!




1-Ahmadinejad: la "tumeur cancéreuse" d'Israël va bientôt disparaître
17/08/2012

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé vendredi que la "tumeur cancéreuse" d'Israël va bientôt disparaître, lors d'un discours à Téhéran à l'occasion de la (Jérusalem).

De nombreux manifestants à la journée d'al-Qods brandissaient aussi des portraits du Guide de la République islamique l'ayatollah Ali Khamenei et de l'imam Khomeiny, fondateur de la République islamique, ainsi que des drapeaux du Hezbollah libanais.
De nombreux manifestants à la journée d'al-Qods brandissaient aussi des portraits du Guide de la République islamique l'ayatollah Ali Khamenei et de l'imam Khomeiny, fondateur de la République islamique, ainsi que des drapeaux du Hezbollah libanais

"Le régime sioniste est une tumeur cancéreuse (...) Les pays de la région vont en finir prochainement avec la présence des usurpateurs sionistes sur la terre de Palestine", a déclaré M. Ahmadinejad devant les manifestants réunis à l'université de Téhéran pour la prière collective. La télévision iranienne a montré les images de foules importantes de manifestants à travers le pays venues participer à la "journée de Qods" organisée chaque année par le pouvoir à la fin du mois de ramadan en solidarité avec les Palestiniens et contre Israël.

"Ils (Occidentaux, ndlr) disent qu'ils veulent un nouveau Proche-Orient, nous voulons aussi un nouveau Proche-Orient mais dans le nôtre il n'y a aura plus de traces des sionistes", a dit encore le président Ahmadinejad dans ce discours prononcé dans un contexte de tension croissante entre l'Iran et l'Etat hébreu. "Les sionistes partirons et la domination américaine sur le monde prendra fin", a-t-il ajouté alors que son discours était ponctué par des cris de "mort à Israël" et "mort à l'Amérique".

Il a aussi dénoncé une solution de deux Etats pour un règlement de paix entre Palestiniens et Israéliens. "Ils (Etats-Unis et leurs alliés) veulent jouer un scénario ... faire accepter la solution de deux Etats (... ) Même s'ils donnent 80% de la terre de Palestine aux Palestiniens et gardent 20% (pour les Israéliens), ce sera dangereux, ce sera réduire à néant des années de résistance", a-t-il.

Le guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei, avait affirmé mercredi qu'Israël, une "excroissance sioniste artificielle disparaîtra du paysage" de la région. De nombreux manifestants à la journée d'al-Qods brandissaient aussi des portraits du Guide de la République islamique l'ayatollah Ali Khamenei et de l'imam Khomeiny, fondateur de la République islamique, ainsi que des drapeaux du Hezbollah libanais.

Ces dernières semaines, et de façon plus insistante ces derniers jours, les médias israéliens se sont largement fait l'écho d'informations, basées sur les déclarations de responsables ayant requis l'anonymat, selon lesquelles une action militaire israélienne contre le programme nucléaire iranien serait imminente. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak sont partisans d'une attaque contre le programme nucléaire iranien mais d'autres responsables, notamment parmi les responsables militaires et des services de renseignements y sont hostiles.

Jeudi, le président israélien Shimon Peres a déclaré qu'il était "clair" qu'Israël ne pouvait attaquer l'Iran sans l'aide des Etats-Unis, lors d'une interview à une chaîne de télévision israélienne. Ces déclarations ont provoqué une polémique vendredi en Israël. Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast a exclu à ce propos la possibilité d'une attaque israélienne. "Ils savent très bien qu'ils n'ont pas la capacité de telles actions (...) S'ils commettent une erreur, la réaction de notre pays aboutira à la disparition du régime sioniste", a déclaré M. Mehmanparast cité vendredi par l'agence Isna.

"Nous sommes certains qu'ils (les dirigeants israéliens, ndlr) font des calculs et leurs amis (occidentaux, ndlr) leur ont bien dit qu'elle sera la réaction de l'Iran", a-t-il ajouté. Seule puissance nucléaire --officieuse-- de la région, Israël considère que son existence serait menacée si Téhéran disposait de la bombe atomique. L'Iran nie que son programme nucléaire ait des visées militaires, comme l'en accusent également les Occidentaux.

Lire aussi :
Un général iranien juge "bienvenue" une éventuelle attaque israélienne : TEHERAN (Sipa) — Une attaque aérienne israélienne contre les installations nucléaires iraniennes serait "bienvenue" car elle donnerait à l'Iran une raison de contre-attaquer et de "se débarrasser" de l'Etat juif "pour toujours", a estimé le général Amir Ali Hajizadeh, chef de l'armée de l'air du pays.

-------------------------

2-Iran-Israël, chronique d'une catastrophe annoncée
18/08/2012

La question ne semble plus de savoir si, mais quand le bombardement des installations nucléaires iraniennes par Israël aura lieu.

Photo d'illustration.

La guerre Iran-Israël est-elle imminente ? Les responsables israéliens n'ont jamais caché qu'ils interviendraient lorsqu'ils auront la certitude que la République islamique a la capacité de construire une bombe atomique. On peut certes douter qu'Israël se lance dans cette aventure sans le feu vert - et le soutien militaire - de Washington. Un récent sondage montrait que 61 % des Israéliens y sont opposés et 56 % d'entre eux doutent que le Premier ministre Benyamin Netanyahou s'y risque. Mais tout se passe comme si les trois acteurs de la prochaine tragédie (Iran, Israël, États-Unis) la savaient inéluctable.

L'Iran d'abord. Les responsables iraniens semblent convaincus qu'Israël finira par intervenir en dépit des négociations diplomatiques en cours avec les grandes puissances. Ils s'y préparent, sécurisent les sites - certains sont enterrés, comme à Fordo, près de Téhéran - et multiplient, depuis un an, les manoeuvres militaires terrestres et navales pour préparer une riposte à une attaque et probablement tenter de dissuader les Israéliens d'intervenir. Début juillet, ils ont testé des missiles Shehab-3 d'une portée de 2 000 kilomètres, pouvant donc atteindre l'État hébreu. Puis le 27 juillet, l'ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême, a convoqué les hauts responsables militaires (armée et Gardiens de la révolution, chef de la brigade Al Qods, ministre de la Défense) pour ce qu'il a appelé "leur dernier conseil de guerre". "Nous entrerons en guerre dans les prochaines semaines", leur a-t-il déclaré, demandant à chacun d'exposer le niveau de préparation dans son secteur pour répondre à l'urgence de la situation.

Israël ensuite. Le "buzz" médiatique de ces deux dernières semaines fait douter de l'imminence d'une attaque. Elle ne sera pas annoncée à l'avance, mais les déclarations de Benyamin Netanyahou et d'Ehoud Barak, le ministre de la Défense, indiquant que leur décision était prise visaient à préparer la population à son éventualité. La guerre pourrait durer 30 jours et il n'y aurait "que 300 morts", annonçait un haut responsable ; "500 morts", répliquait Ehoud Barack, tandis que la population recevait des SMS pour la préparer à la riposte iranienne. Des masques à gaz ont commencé à être distribués, mais on estime qu'en décembre prochain 58 % seulement des Israéliens en seront dotés. Plus important, l'État hébreu se protège. C'est en 2008 qu'il a reçu de la part des États-Unis un radar puissant installé dans le Néguev et censé servir d'alerte en cas de lancements de missiles iraniens.

Les États-Unis enfin. Pas question pour Washington de se lancer dans une nouvelle aventure militaire à la veille des élections. Leon Panetta, le chef du Pentagone, et Hillary Clinton sont venus le répéter à Benyamin Netanyahou au début du mois d'août. Le Premier ministre israélien et Barack Obama entretiennent des relations exécrables et Washington craint que Netanyahou ne se lance seul dans l'aventure, mettant les États-Unis devant le fait accompli et les obligeant à le suivre. Parallèlement, les États-Unis se renforcent militairement au Moyen-Orient. Fin juillet, ils ont dévoilé un nouveau missile anti-bunker qui peut pénétrer 18 mètres de béton. Ils ont aussi entamé la construction au Qatar, sur un site tenu secret, d'un radar similaire à ceux installés l'un dans le Neguev, l'autre en Turquie. Ces radars seront couplés avec des intercepteurs embarqués à bord de bateaux américains en Méditerranée orientale. Reste à croire à l'adage "qui veut la paix prépare la guerre".

-------------------------

3-Syrie : pourquoi la Russie ne coopère pas avec les Occidentaux
02-08-2012

En refusant de coopérer avec le reste du Conseil de Sécurité, la Russie et la Chine font obstacle à une intervention militaire en Syrie. Mais l'ONU n'est pas étrangère à ce blocage. Décryptage de Pascal Boniface, directeur de l'Iris.

La ville de Damas, en Syrie, où s'opposent le régime d'Assad et les rebelles (Anonymous/AP/SIPA)
La ville de Damas, en Syrie, où s'opposent le régime d'Assad et les rebelles

La Syrie s'enfonce dans la guerre civile sur fond de blocage persistant du Conseil de sécurité des Nations-Unies. Le nombre de morts augmente chaque jour, les massacres et les tortures se multiplient sous le regard impuissant de l'organisation mondiale, pourtant en charge du maintien de la paix et du respect des droits de l'homme. Cette inaction du Conseil de sécurité est largement due au veto et/ou à la menace du veto russe soutenu par la Chine. Comment expliquer l’impunité accordée par Moscou à Bachar El Assad et le refus de coopérer avec les Occidentaux ?

La Russie, éternel frein
Les raisons sont multiples. Refus de l’ingérence, protection de la souveraineté érigée en principe sacro-saint, volonté de protéger son allié le plus important dans le monde arabe – et en fait l’un des derniers –, crainte de perdre des positions stratégiques au profit des Occidentaux, très faible sensibilité aux mouvements d'opinion publique internationale et à la thématique des droits de l’homme. La Russie apparaît comme la continuatrice de l'Union soviétique, refusant de jouer un rôle moteur pour la protection des droits des populations et constituant à l'inverse un frein permanent au Conseil de sécurité. Pour autant, si Moscou n'est pas un partenaire facile, il est faux de dire qu'elle ne refuse pas systématiquement toute coopération. Ce sont les États-Unis qui ont le plus fréquemment utilisé le droit de veto. Il faut également avoir en mémoire qu'en deux occasions, les efforts de Moscou à coopérer avec le Conseil de sécurité n'ont pas été récompensés et que le Kremlin a pu même se sentir floué pour ne pas dire très trahi. Deux virages historiques ont été manqués.

États-Unis vs URSS : la trahison de 1991
Le premier virage se situe au temps où l'Union soviétique continuait – pour quelque temps encore – d'exister. Après l'invasion du Koweït par l'Irak en août 1990, Mikhaïl Gorbatchev a immédiatement donné son accord pour que le Conseil de sécurité adopte des sanctions incluant la menace d'une intervention militaire contre Saddam Hussein, pourtant allié de l’URSS, si ce dernier ne retirait pas ses troupes du Koweït. Mikhaïl Gorbatchev estimait qu'il y avait là une occasion unique de refonder un ordre international selon les principes mêmes de la charte des Nations Unies.
Pour la première fois, l’agression d’un État contre un autre était punie selon la loi internationale. L’ONU n’était plus bloquée par la confrontation entre les deux superpuissances. Cet épisode est aussi important comme marqueur de la fin de la Guerre froide que la chute du Mur de Berlin, même s’il est moins spectaculaire.

Comme l’explique Andreï Gratchev dans son livre "Gorbatchev, le pari perdu ?" [1], Gorbatchev ne considérait pas cela comme une concession unilatérale mais l’embryon d’un nouvel ordre mondial qui ne repose plus sur des peurs réciproques mais sur l’interdépendance. L’URSS réformée serait devenue le partenaire à part entière de l’Occident.
On connaît la suite. Georges Bush père, après la guerre du Golfe célèbre un "nouvel ordre mondial", mais les États-Unis développent leur unilatéralisme. Invité à la demande de Kohl et Mitterrand au G7 de juillet 1991, Gorbatchev n’obtient pas l’aide économique demandée. Aux yeux des Américains, la Guerre froide ne pouvait se conclure que par l’élimination complète d’un des protagonistes. Ce sera le putsch raté d’aout 1991, l’arrivée d’Eltsine, la disparition de l’URSS, le déclin russe dans les années 90 et le redressement, mais aussi le raidissement de la Russie avec Poutine. La crispation nationaliste de ce dernier est largement explicable par le déclin et les humiliations subis par la Russie dans les années 90.

L'intervention en Libye dénaturée
L’histoire bégayait avec la résolution 1973, adoptée en mars 2011. Celle-ci mettait en œuvre pour la première fois le concept de responsabilité de protéger développé par Kofi Annan en 2005 pour tirer les leçons de la guerre d’Irak et sortir de l’impasse entre inaction et ingérence. Il s’agissait d'empêcher Kadhafi de faire un massacre sur Benghazi.
Longtemps réticentes, la Russie et la Chine ont accepté de s'abstenir sur le vote de cette résolution donnant un cadre légal à l'intervention militaire qui allait suivre. Malheureusement, cette intervention a été dénaturée par les pays qui participaient. Au lieu de se contenter d'empêcher un massacre sur Benghazi en mettant en place une zone d'exclusion aérienne, on a voulu aller jusqu'à un changement de régime pour renverser Kadhafi. Russes et Chinois mais également les autres grandes nations du Sud ont estimé qu'ils avaient été trahis d'où la persistance de leur refus d'une nouvelle décision Conseil de sécurité.

Il ne s’agit pas d’exonérer la Russie de ses responsabilités dans le drame syrien actuel. Elles sont énormes. Mais si on veut à l’avenir qu’elle agisse en partenaire, il faut réfléchir aux occasions perdues où elle était prête à le faire et où les Occidentaux n’en ont pas tenu compte.

Lire aussi :
Obama menace d'intervenir en Syrie :

-------------------------

4-Netanyahou veut le soutien d'un rabbin influent pour attaquer l'Iran
21/08/2012

Jusqu'à présent, le rabbin a ordonné aux ministres de s'opposer à une éventuelle attaque israélienne.

Benyamin Netanyahou
Benyamin Netanyahou

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a dépêché un proche collaborateur auprès du rabbin Ovadia Yossef, le chef spirituel du parti ultra-orthodoxe Shass, afin d'obtenir son soutien à une attaque contre l'Iran, rapportent mardi des médias israéliens. Yaakov Amidror, directeur du Conseil national de sécurité, s'est rendu vendredi au domicile du rabbin Yossef à Jérusalem pour lui parler du dossier iranien, ont précisé les médias. Un haut responsable israélien, qui a requis l'anonymat, a confirmé la visite, mais sans préciser la teneur des discussions.

Jusqu'à présent, le rabbin a ordonné aux ministres du Shass de s'opposer catégoriquement à une éventuelle attaque israélienne contre les installations nucléaires iraniennes sans une coordination préalable avec les États-Unis. Selon les commentateurs, Netanyahou et son ministre de la Défense, Ehud Barak ne disposent pas d'une majorité au sein du gouvernement et du cabinet de sécurité pour déclencher une offensive contre l'Iran, d'où l'importance de la position du Shass. Selon la radio de l'armée, le rabbin Yossef se montre depuis la visite d'Amidror moins "déterminé" dans son opposition à une attaque israélienne.

La radio cite ainsi des extraits d'un commentaire religieux datant de samedi soir et dans lequel le rabbin Yossef a assimilé les dirigeants iraniens à Amman, un ennemi perse d'Israël à l'époque biblique. "Nous sommes tous en danger. Nous n'avons personne sur qui compter à l'exception de notre Père qui est au paradis", a affirmé le rabbin, cité par les médias.

mercredi 22 août 2012

Rions un peu !!!

"l'inconnu normal" pris sur le fait la main sur la 17° lettre de l'alphabet.....

Je connais un rotweller qui doit montrer les dents et une madonne du chabichou qui murmure , entre ses dents "je le savais !!!"

Ah que c'est bien la normalitude !!!!!! Pendant que les autres rament et sont dans la "m....e" jusqu'au cou !!!!

JE SUIS FIER !! pas vous ??


A lire avec intérêt sur la GAUCHE historique (pour comprendre leur échec !!)

Un ami, Michel Benoit sur son blog ( http://michelbenoit17.over-blog.com ) que je vous encourage à  consulter bien que sa préoccupation ne soit pas politique  me pointe sur cet article:  FORT INTÉRESSANT !!

SOCIALISME AU POUVOIR : "Le cadavre est à terre, mais l'idée est debout" (Victor H.)

          Passionnant cahier du Monde diplomatique (n° 124, Août 2012) sur ‘’L’Histoire des Gauches au pouvoir’’.

          Qu'y a-t-il de commun entre ‘’les Gauches’’, à part le fait.... qu’elles ne sont pas ‘’à droite’’ ?

          Des idées. Au cours de son Histoire, la France les a mises radicalement en pratique deux fois, pendant quelques mois en 1792-93 puis pendant deux mois et demi, du 18 mars au 28 mai 1871 : la Commune de Paris, « Utopie réalisée » comme titre Le Monde.

          A deux reprises, des idées ont été énoncées avec netteté, pour application immédiate à une société réelle. Deux faillites sanglantes.

          Le Monde rappelle le programme de la Commune de Paris (et le met en parallèle avec les 110 propositions de F. Miterrand). Parmi tant d'autres mesures : remise des loyers impayés, réquisitions de logements inoccupés, retraites, démocratie participative, émancipation politique des femmes, gestion des entreprises par les travailleurs… Faire naître un monde nouveau.

          Arrêt sur image, ô temps suspends ton vol : cent cinquante ans après, la Gauche revendique toujours ce programme.

Des idées, condamnées à rester idéales ?  Intraitable militant de gauche , Victor Hugo avouait, au terme de l’expérience de la Commune : « Je suis pour la Commune en principe, et contre la Commune dans l’application ».

          Pour conclure, lucide et désabusé : « Le cadavre [de la gauche] est à terre, mais l’idée est debout ».


          La Gauche, cadavre destiné à faire rêver ?


          Dans l'Histoire, la première tentative de réalisation de l'utopie ce fut en Judée, quelques mois après la mort de Jésus. Je l'ai évoquée dans mon blog (cf adresse plus haut au début)

          Après un panorama des Gauches au pouvoir en Europe et Amérique latine, Le Monde présente un graphique (p. 82-83) qui met en parallèle ces périodes de pouvoir, brèves, avec les événements mondiaux correspondants.

          Au XX° siècle, la Gauche a été trois fois au pouvoir en France :

1- 1936, Front Populaire. Trois ans plus tard, guerre contre l’Allemagne. Pacifiste, aveugle et incompétent, le gouvernement s’enfuit devant les nazis.

2- 1950 : Quatre ans plus tard, ‘’événements d’Algérie’’. Le gouvernement soutient l’Algérie française. Début de guerre civile, fin de la IV° République, on appelle de Gaulle au secours en 1958.

3- 1981 : Pendant ses deux premières années, le gouvernement met en place les dispositifs qui empêcheront la France d’aborder la crise des années 2000 avec autant de succès que l’Allemagne et les pays nordiques socialistes.


          Est-ce parce qu'ils sont de tradition catholique que dans certains pays, la Gauche annonce (provoque ?) toujours des catastrophes ? En rester là, ce serait oublier l’immense travail accompli par les Gauches ou pouvoir dans ces pays, les avancées décisives réalisées pendant des périodes relativement brèves. Le Monde parcourt ce bilan, puis rappelle, non sans humour, quelques déclarations d’hommes politiques :


          Pierre Mauroy (1992) : « Nous avons changé. Oui, nous pensons que l’économie de marché constitue le moyen de production et d’échange le plus efficace. Non, nous ne croyons plus à une rupture avec le capitalisme… ». Utopie, Requiescat in pace.


          Tony Blair (1999) : « La gauche a eu tort de s’opposer à certaines choses faites par la Droite dans les années Thatcher ».


          François Fillon (2000) : « Le point le plus vulnérable de la Gauche – le plus fondamental – c’est qu’elle n’est pas de gauche ! »


          Philippe Séguin (2004) : « La social-démocratie, c’est le libéralisme échevelé avec quelques mots de regrets ».


          La Droite serait-elle jalouse des idées d’une Gauche, malade de son utopie ?

LIVRET A : l'enfumage continue !!! ah être pris pour un con ...

source: http://www.huffingtonpost.fr/2012/08/22/livret-a-plafond-ayrault-25_n_1820799.html?utm_campaign=082212&utm_medium=email&utm_source=Alert-france&utm_content=FullStory

LIVRET A - Le premier ministre Jean-Marc Ayrault vient d'annoncer, ce mercredi 22 août, que le plafond du livret A ne serait -pour l'heure- pas doublé comme l'avait promis le candidat François Hollande mais allait être immédiatement augmenté de 25%. Il passerait donc de 15.300 aujourd'hui à 19.125 euros. Est-ce un vrai gain pour celui qui place ses économies dans ce livret gratuit, rémunéré 2,25% par an, entièrement défiscalisé et dont les sommes peuvent être retirées à tout moment? Le HuffPost a fait les calculs...

Un cadeau à 3,23 euros pour 2012

En remplissant dès aujourd'hui son livret A jusqu'au nouveau plafond de 19.125 euros (en admettant que cela soit techniquement possible pour une mise en application de la mesure au 1er septembre), l'épargnant touchera entre le 1er septembre et le 31 décembre 143,44 euros d'intérêts. Avec un plafond à 15.300, il aurait seulement touché 114,75 euros. Soit un gain de 28,60 brut (et net également puisque le livret A est défiscalisé et exonéré de prélèvements sociaux).

Mais ces 3825 euros supplémentaires déposés sur le livret A sortent bien de quelque part... Sans augmentation du plafond, le particulier aurait placé cette somme sur un livret bancaire classique. Celui de Cortal Consors par exemple, qui rémunère à 3,30% pendant un an. Dans ce cas, ces 3825 euros lui auraient rapporté 25,46 euros une fois déduits les impôts et prélèvements sociaux.

Bilan: pour une même somme épargnée, la hausse du plafond ne lui fera gagner que 28,60€ - 25,46€ = 3,23€

Avec un autre livret bancaire, plus rémunérateur mais sur une période moins longue, il est même préférable de ne pas profiter de cette "fleur" du gouvernement. Ainsi, le livret épargne Orange d'ING Direct, rémunéré annuellement 4% brut pendant 5 mois rapporterait, entre le 1er septembre et le 31 décembre 51€ brut, soit 30,86€ net. Et donc... 2,17€ de mieux qu'en confiant les 3825 euros supplémentaires à son livret A.


Et sur un an?

Quatre mois est un peu court pour juger de l'efficacité de la mesure. Mettons que le taux du livret A ne change pas en 2013 et reste à 2,25% (sa rémunération varie en réalité selon l'inflation et le bon vouloir du gouvernement). Un livret A rempli au maximum à 15.300 euros rapporterait 344,25 euros sur l'année et un rempli à 19.125 euros rapporterait 430,31 euros. En refaisant le calcul avec le taux d'un livret rapportant 3,30% brut sur un an, le gain de la mesure Ayrault s’élèverait cette fois à... 9,83 euros.


Et si le gouvernement ajoute des prélèvements sociaux?

Jean-Marc Ayrault n'a pas exclu que la tranche dépassant les 15.300 euros soit soumise aux prélèvements sociaux (mais pas à l'impôt sur le revenu). Dans ce cas, le gain serait bien entendu encore moindre.

Au lieu de rapporter, entre le 1er septembre et le 31 décembre, 28,69 euros, les 3825 euros supplémentaires autorisés par le premier ministre ne rapporteraient plus que 24,24 euros. La différence par rapport à un livret bancaire classique mais performant se réduirait donc encore. Le "gain" dû à cette nouvelle mesure ne serait plus, alors que de 1,22 euro. Et un livret offrant une belle promotion permettrait de glaner 6 euros supplémentaires. Pas franchement enthousiasmant...

En refaisant le même calcul sur un an, c'est même pire: 73,18 euros en confiant les 3850 euros supplémentaires au livret A, 76,23 euros en les plaçant sur un livret bancaire rapportant 4% brut. Soit 3,05 euros de mieux pour le livret bancaire!


Et si le plafond est à nouveau augmenté de 25% fin décembre?

Selon l'AFP, le gouvernement ne compterait pas s'arrêter à cette hausse de 25%. Une autre augmentation du plafond, du 25% à nouveau serait envisagée à la fin de l'année. Jean-Marc Ayrault n'a rien dit à ce sujet. Mais si tel est le cas, le plafond du livret A atteindrait alors 22.950 euros. Sur l'ensemble de l'année 2013, quelqu'un qui remplirait son livret A au maximum gagnerait 516,38 euros net contre 496,71 euros net sur un livret bancaire type Cortal Consors. Le gain est alors un peu plus élevé puisqu'il atteint presque 20 euros. Si le surplus est finalement soumis aux prélèvements sociaux, le rapport s'inverse: 7 euros de mieux pour le livret bancaire face au livret A.

Pour que la mesure soit intéressante pour les particuliers mieux vaudrait donc que le nouveau plafond ne soit pas soumis aux prélèvement sociaux...

mardi 21 août 2012

je vous informais à plusieurs reprises pourtant !!!

le pire est devant nous et on ne peut en dessiner le contour précisément. Péril en la demeure....

LES FAITS:

a) cela ne parait pas trop dans la presse mais il y a de plus en plus de navires et sous-marins US dans le Golfe..

b) on sait depuis toujours que l'Iran veut détruire Israël, il (le Président s'en vante à maintes reprises et cherche à terminer vite vite son programme nucléaire)

c) on sait depuis toujours que le MOSSAD & co n’attendront pas qu'un missile arrive pour l'éviter et "réfléchir" à une éventuelle réplique :: non non.... Concédons cela : ce ne sont pas des sots et la survie : ils connaissent.....

d) on sait que la Syrie continue de massacrer son peuple grâce et uniquement l'aide de l'IRAN, du Hezbollah (et de la Russie qui leur vend des armes)

e) notre cher président hollandais avait promis (vous vous en souvenez ?) Moi, Je, Président je vais a) aller dire à nos alliés US et autres que nos troupes = OUT b) que l'OTAN , on verra c) à la CHINE: ça suffit votre monnaie d) à Merkel : tu vas faire ce que je te dis : de la Croissance.... ARROGANT et on l'a élu...

Pour la Syrie (de la part du Président en exercice du Conseil de Sécurité de l'ONU !!) : un timide effort sanitaire pas trop "engageant" et surtout un ton arrogant avec l'émissaire conciliateur algérien, un vieil homme d'expérience, un sage : "allez réglez cela vite !!! ARROGANCE.... et honte sur nous.......


f) je trouve ceci... (à méditer):



Israël veut attaquer l’Iran à l’automne (journal)
11 aout 2012-08-14

Le premier ministre et le ministre de la Défense israéliens, Benjamin Netanyahu et Ehud Barak, voudraient attaquer les sites nucléaires iraniens à l’automne, écrivent vendredi Nahum Barnea et Shimon Shiffer, principaux commentateurs du journal israélien Yediot Aharonot.

http://www.la-croix.com/var/bayard/storage/images/lacroix/actualite/s-informer/monde/israel-en-alerte-face-a-la-frontiere-egyptienne-_ep_-2012-08-06-839567/26978698-1-fre-FR/Israel-en-alerte-face-a-la-frontiere-egyptienne_article_popin.jpg
Le premier ministre et le ministre de la Défense israéliens, Benjamin Netanyahu et Ehud Barak

D’après la revue, les deux hommes politiques israéliens sont « déterminés à attaquer l’Iran avant la présidentielle américaine » prévue en novembre prochain. « MM. Netanyahu et Barak considèrent que le prix que coûtera cette attaque (quelque 375 millions de dollars par jour) sera remboursée par le fait que le programme nucléaire iranien reculera de plusieurs années en arrière », lit-on dans le journal. Le chef du département militaire israélien est conscient des conséquences d’une telle mesure. Il reconnaît que Téhéran ripostera en cas d’attaque en impliquant le mouvement libanais du Hezbollah « avec ses milliers de missiles ». Mais, M.Barak est persuadé qu’Israël tiendra bon dans cette épreuve.

Quant à Benjamin Netanyahu, il est convaincu que l’attaque s’impose, l’administration américaine actuelle n’étant pas, selon lui, en mesure d’arrêter la recherche de l’arme nucléaire par l’Iran, lit-on dans le journal.Toutefois, les hauts responsables militaires israéliens ont une vision des choses bien différente. « Aucun responsable – ni de l’armée, ni dans les milieux de la Défense, pas même le président – ne soutient l’idée d’une attaque israélienne », soulignent les auteurs de l’article avant d’ajouter que « beaucoup de responsables américains sont persuadés que MM. Barak et Netanyahu tentent d’impliquer les Etats-Unis malgré leur volonté dans une guerre contre l’Iran ».

Plusieurs pays occidentaux, les Etats-Unis en tête, soupçonnent l’Iran de chercher à se doter de l’arme nucléaire sous couvert d’un programme mené, selon Téhéran, à des fins civiles. Le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté plusieurs résolutions sanctionnant l’Iran pour son refus d’établir un moratoire sur l’enrichissement de l’uranium.
En novembre dernier, le journal Haaretz a écrit que le chef du gouvernement israélien cherchait à convaincre ses ministres de soutenir une éventuelle attaque contre les installations nucléaires iraniennes. Moscou a alors qualifié ces projets de « lourde erreur ».

Lire aussi :

dimanche 19 août 2012

Chaque jour sur la Terre... on ne se rend plus compte !!! dommage pour nos petits enfants !!!

source : http://www.planetoscope.com
"site à fouiller" et commencer à réfléchir !!!! D'URGENCE !!!!


Que se passe-t-il dans le monde en 24 heures ?


 statistiques mondiales

Que se passe-t-il sur notre planète en une journée ?

 

Qu
e se passe-t-il pendant que la Terre
parcourt 2 592 000 km sur son orbite ?

Après les statistiques mondiales à la seconde, voici les statistiques de 24 heures de notre vie sur Terre. 

En 24 heures sur Terre,
on aura :
On produit autant de cerises que de phtalates, 160 000 personnes meurent chaque jour mais 353 000 naissent, des avions ont décollé 80 000 fois, 244 millions de bouteilles d'eau sont produites, ...

La vie est passionnante, angoissante, enthousiasmante ... tout simplement foisonnante. En 24 heures on aura :

- vu le soleil brûler 345 000 milliards de kilos d'hydrogène

-  rejeté 2 700 milliards de litres d'eaux usées,

- expédié 247 milliards d'emails,

- dépensé 20,7 milliards de dollars en budget militaire, dont 11 milliards pour les seuls militaires américains,

 - consommé 15,8 milliards de kilos de charbon,

- produit 12,7 milliards de litres de pétrole,


- brûlé 4,3 milliards de litres de carburant dans les transports,

- rejeté 3,4 milliards de tonnes de CO2 dans l'atmosphère,


- produit en Europe 1,5 milliards de litres de lait

- brûlé 1,4 milliards de litres de pétrole aux Etats-Unis

- produit 671 millions de kilos de plastique,


- enregistré 518,4 millions de désintégrations du potassium dans notre corps,

- produit 256 millions de kilos de céréales,

- mise en bouteille 244 millions de litres d'eau,

- vu les Français dépenser 102 millions d'euros en jeux d'argent (PMU, Française des jeux, casinos,...),

- produit 68 millions de kilos de potasse dont 95% serviront comme engrais pour l'agriculture

- vu 65,7 millions de tonnes de sol fertile disparaître à cause de la désertification,
  
 
geothermie




- utilisé et jeté à la poubelle 54,8 millions de couches jetables pour bébé,

- fabriqué 29 millions de préservatifs,

- dépensé 23 millions d'euros en aide au développement,

- produit 21 millions de munitions aux Etats-Unis,

- vendus 19,1 millions de cd vierges,

- déversé 19 millions de litres saumure acide dans les océans, produite par les usines de dessallement,

- vendu 11 millions de rasoirs Bic,

- déversé 6 millions de litres de polluants dans les fleuves,

- produit 8,2 millions de kilos de cerises, de phtalates et de bisphénol A,

- fabriqué 6 millions de pièces de figurines Playmobil,

- produit 4,6 millions de litres de biocarburant,

- produit 3,3 millions de kilos de saumon,

- rejeté 1 million de kilo de PCB dans la nature,

- été 1 million de fois chez le coiffeur en France,

- vu brûler 960 000 hectares de forêt,
                       

- vendu 740 000 bouteilles de champagne,

- vu 550 000 kilos d'hydrocarbures se disperser dans les airs et retomber dans l'océan avec la pluie,

- massacré 548 000 requins, la plupart rejetés à la mer,

- vendu 485 000 pneus Michelin, soit 20% de la production totale de pneus,

- enregistré 356 000 naissances,

- utilisé 205 000 kilos de pesticides phytosanitaires en France,

- fabriqué 193 000 véhicules,

- vu 183 000 oiseaux mourir aux Etats-Unis après avoir ingéré des pesticides,

- enregistré 159 000 décès dont 41 000 du fait d'un cancer.,

- déversé 137 000 litres de pétrole dans les océans,

- acheté 92 000 netbooks,

- vu 88 000 éclairs frapper la Terre,

- enregistré 80 000 décollages d'avions

- vu 68 000 kilos de cadnium se diffuser dans la nature,

- vendu 68 000 souris de laboratoire en vue de faire des expériences,

- produit 27 000 kilos de canabis en Amérique du Sud,

- réalisé 26 900 opérations chirurgicales,

- disparaître 16 500 hectares de forêts,

- vu 14 000 trains circuler sur les 30 000 km de voies ferrées françaises,

- vu les chasseurs disperser 16 000 kilos de plomb dans la nature,

- vu disparaître 150 espèces de plantes ou d'animaux,

- perdu en moyenne 75 cheveux chacun,
*** 





Le monde est vaste, il se passe encore bien plus de choses ! A suivre ...